Une journée particulière…

Samedi 29 décembre restera une journée mémorable. Un rendez-vous avec un copain gourmand à la charcuterie lyonnaise Reynon pour se ravitailler en Oreiller de la Belle-Aurore, en boudin blanc et en escargots. Je reste de longues minutes à admirer ce magnifique pâté imaginé jadis par Brillat-Savarin. La tradition est magnifiquement perpétuée par la famille Reynon, autrefois du 27 au 31 décembre, désormais jusqu’aux premiers jours de janvier (mais dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde).C’est Noël pour moi ce jour-là, je décroche un mini stage de quelques heures pour voir le montage de deux Oreillers de la Belle-Aurore. Pour me préparer à ce grand moment, dégustation de deux huîtres fabuleuses chez Merle aux Halles de Lyon: la Utah plate et la Pousse en claire Label Rouge. Retour à la charcuterie Reynon pour assister à la construction de ces deux pâtés, construction complexe, raffinement de la demi-douzaine de farces, avec plus d’une quinzaine de viandes différentes (caille, pigeon, palombe, perdreau, grouse, volaille de Bresse, canard mulard, faisan, colvert, lièvre, lapin de garenne, chevreuil, biche, marcassin, foie gras, ris de veau, truffes du Tricastin) et de truffes.  48 heures après la fin de ce spectacle, l’émotion est toujours grande. Une certitude : je croyais savoir, je ne savais rien et je n’ai qu’une envie, me mettre au travail pour réaliser mon Oreiller de la Belle-Aurore. Merci Messieurs Reynon ! A noter, un reportage très complet à consulter sur Lyon Saveurs.

reynon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *