Noël Arménien

Les festivités ne sont pas finies, c’est Noël pour tous les Arméniens apostoliques. Petite leçon historico-religieuse : la grande majorité des Arméniens sont des chrétiens apostoliques c’est-à-dire qu’ils respectent la forme originelle du christianisme. En résumé, le Christ est uniquement de nature divine. L’Arménie fut le premier Etat officiellement chrétien.

A l’origine, la nativité était fêtée le 6 janvier par tous les Chrétiens. Pour combattre les fêtes païennes (rites romains, celtiques, etc.), un Pape a « décalé » la date de naissance de Jésus au jour du solstice d’hiver (en faisant une énorme erreur puisque c’est le 21 décembre en réalité). L’Eglise apostolique arménienne a conservé la célébration du 6 janvier pour la Nativité et l’Epiphanie.

Au menu, des mantis, ces fameux raviolis croustillants et du bourma, un gâteau à base de noix et de pistaches…sans oublier une petite galette des Rois. Cette année, décidément très serpentin (voir la tarte aux légumes et la tartelette aux pommes), la garniture est un trio de crème d’amandes, crèmes de pistaches et crème de noisettes.

2 réponses sur “Noël Arménien”

  1. William dit :

    Chère Sonia,
    Petite précision théologique, pour les chrétiens arméniens, le Christ n’a qu’une seule nature, certes, mais celle-ci est faite de l’union de la divinité et de l’humanité. C’est ce qu’on appelle le miaphysisme. Ainsi il y a un accord de fond entre tous les chrétiens sur le fait que le Christ est Dieu et homme à la fois « sans confusion, sans mélange et sans corruption ». Dire que le Christ n’aurait qu’une nature divine est une hérésie (c’est à dire une erreur théologique) reconnue par toutes les églises du monde, nommée monophysisme (d’Eutychès).
    Quant à la question de Noël, si la grande fête arménienne a lieu le six Janvier, ce n’est pas parce que c’est la vraie date de naissance du Christ, c’est parce que c’est le fête de la théophanie (ou épiphanie, baptême du Christ). Si la théophanie « remplace » Noël pour les Arméniens, c’est parce que dans l’usage ancien un enfant ne devient fils de son père que lorsqu’il est reconnu par lui, et que la reconnaissance du Christ par son Père a lieu le jour de son baptême. Cela ne remet pas en question le fait que le Christ soit né avant cette date, mais quoiqu’il en soit, la fête de sa naissance est pour toutes les Eglises une convention et non une réalité puisqu’on en ignore la date précise.
    En tout cas merci pour cet appétissant menu !

  2. Sonia Ezgulian dit :

    Merci pour cette réponse érudite et passionnante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *