Déjeuner à l’Elysée…

… on peut jouer à « Où est Charlie ? ». Un indice, je suis placée entre Philippe Etchebest et Reine Sammut.

Un extrait de l’article du Figaro. fr

Pour la première fois depuis l’existence des Bocuse d’or, quelque 180 chefs étoilés ont été reçus par les époux Macron ce mercredi à déjeuner. Une façon de mettre en avant l’importance de la gastronomie française.

Huître Gillardeau, langoustines du Guilvinec, soupe d’Artichaut à la truffe noire ou bien «oreiller de la belle basse-cour», en hommage à Paul Bocuse, le tout arrosé des meilleurs vins, un Corton Charlemagne 2011 ou un Petrus 2003. Un menu d’exception à la hauteur de l’événement. Le chef de l’État français, Emmanuel Macron, a reçu à déjeuner ce mercredi près de 180 chefs étoilés au palais de l’Élysée en présence de sa femme Brigitte. Une première dans le cadre des Bocuse d’Or, l’un des plus célèbres trophées de cuisine au monde qui se tenait ce mardi et mercredi à Paris et se déroulait auparavant aux Affaires Étrangères. Les nominés seront connus plus tard. «La nourriture est une affaire d’État en France, a insisté le président de la République. Chaque fois que je reçois des chefs d’État, j’ai à cœur de mettre à l’honneur la gastronomie française, et c’est attendu. Vous êtes les ambassadeurs de la gastronomie française».

Ce déjeuner prestigieux avait été concocté par Guy Savoy, Yannick Alléno, Anne-Sophie Pic et Dominique Crenn. Il s’est déroulé dans la grande salle des fêtes du Palais de l’Élysée avec 220 convives, sur des tables magnifiques, nappes blanches et couverts en argent où rien n’avait été laissé au hasard. Et pour cause, les six verres à pied cristal de baccarat disposés à chaque place coûtent autour de 700 euros pièce; les assiettes 2500 euros chacune. Le pain était fourni par Bridor (groupe Le Duff), le spécialiste de boulangerie des palaces à travers le monde. Tout était bien en ordre. «Je suis passé ici à minuit hier soir avec Brigitte et j’ai vu des femmes et des hommes qui avaient une passion: dresser les tables. Ils portent une excellence, a ajouté Emmanuel Macron. Quand on reçoit un chef d’État étranger, tout se joue là, par ces petits gestes exemplaires. Il y a une dignité irremplaçable, elle ne se calcule pas en argent mais à la reconnaissance».  Suite de l’article ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *