Archive pour la catégorie 'Actualités'

C’est le mois des produits tripiers : à table !

Salade de langue de veau aux deux radis

Panier de commissions pour 4 personnes : 1  langue de veau, 1 bouquet garni, 1 botte de radis roses, 2 radis noirs, 3 pincées de fleur de sel au moût de vin, 1 petite betterave cuite, 1 c. à soupe de vinaigre de Xérès, 1 c. à café de raifort, 10 cl d’huile d’olive, quelques brins de persil plat et quelques feuilles tendres de céleri branche

Rien de telle qu’une recette joliment dressée pour convertir les plus réticents, d’autant que la langue de veau est trois fois moins grosse qu’une langue de bœuf. Plongez la langue de veau dans une casserole remplie d’eau froide puis portez à ébullition et laissez mijoter une trentaine de minutes avec le bouquet garni. Réservez quatre radis roses et émincez le reste en fins bâtonnets. Epluchez le radis noir et râpez-le. Préparez la vinaigrette à la betterave en mixant la betterave épluchée avec le vinaigre de Xérès, le raifort, l’huile d’olive, du sel et du poivre.

Hachez au couteau le persil et les feuilles de céleri. Disposez la vinaigrette dans un petit bol et parsemez du mélange persil/céleri. Quand la langue est tiède, sortez-la de l’eau, laissez-la tiédir avant de retirer la peau rugueuse. Emincez la langue de veau en fines lamelles et dressez dans des bols ou des assiettes creuses, la salade de radis noir, les lamelles de langue assaisonnées de sel au moût de vin, parsemez de bâtonnets de radis roses, ajoutez quelques radis entiers et servez avec la vinaigrette à la betterave.

Des saucisses d’exception

 

Encore un produit à découvrir absolument à La Manufacture de Damien Gateau. Non, ce n’est pas du copinage, ce n’est pas ma faute si ce gourmand a le bon goût de sélectionner des merveilles pour son épicerie !  Il y a quelques années, j’avais  découvert  dans l’Epicerie du Verre volé cette magnifique saucisse au couteau qui s’enroulait voluptueusement dans un jolie boite façon camembert avec une étiquette pleine d’humour qui révèle aussi l’exigence du charcutier. Bien sûr, aucun additif, aucun conservateur, un approvisionnement pointu (ex. des tomates séchées et des câpres de La Tête dans les olives de Cédric Casanova) et une audace sans limite : la chipo des oiseaux (saucisse fraiche à griller au piment oiseaux), la calabraise au fenouil et au citron, la bretonne aux algues, la tocomen aux tomates séchées-coriandre-menthe, la fabuleuse saucisse aux câpres de Linosa ou encore la graine de cochon avec des graines de courge, tournesol et pavot. A déguster aussi les saucisses sèches et le pasterma de Roger, le meilleur pastorma (un filet de bœuf aux épices qu’on retrouve beaucoup dans la gastronomie arménienne) que j’ai jamais mangé ! La manufacture de Damien Gateau 14 rue Philibert Roussy à Lyon. Tél. 04 78 30 82 41.

Atelier bricolage

 

Vous êtes nombreux à me parler de mon arbre à ustensiles. Voici quelques détails importants pour en fabriquer un chez vous. Dénichez une belle branche de bois, solide, si possible qui ‘s »ouvre » un peu en éventail. Dans une brocante, procurez-vous une ou deux couronnes d’office ( vous savez pour accrocher les saucissons) en veillant à choisir le bon diamètre (pas trop grand surtout). Réalisez un coffrage en bois, coulez un peu de ciment déposez la base de branche en la maintenant bien droite (fixez-la). Laissez séchez au moins trois ou quatre jours avant de planter de gros clous ça et là, des crochets aussi (pour accrocher des paniers) et une ou deux couronnes d’office et accrochez les ustensiles en fonction de leurs poids, veillez à ce que le tout tienne bien en équilibre. Rien ne vous empêche de suspendre aussi des aliments. Et en été, l’arbre à ustensiles fait de jolies ombre chinoises dans la cuisine !


Il est bien ce cuit-poulet ?

Repéré dans la très belle Malle trousseau, le cuit-poulet, tout comme de nombreux autres objets de cette malle, est vendu également dans un coffret à part. Ce plat en grès naturel émaillé permet de cuire une volaille à la verticale, le jus s’écoule et rend la viande juteuse et la peau est bien croustillante. La garniture se gorge du jus de la volaille. C’est vraiment très savoureux !