Archive pour la catégorie 'Publications'

Régal en kiosque

Du neuf dans Régal : une maquette nouvelle, des illustrations (photos d’Emmanuel avec mes dessins), une page « tendance » dans laquelle vous découvrirez un sandwich à base de pain tressé aux éclats de citron et ma recette de terrine de lapin à la pistache pour les pique-niques. Bonne lecture !

Régal en kiosque

A découvrir dans le magazine Régal, ma recette élaborée avec une botte de radis : j’utilise les fanes pour faire un bouillon très aromatique, je confectionne de la pâte et je fabrique ensuite des pappardelles avec un ustensile pas cher (moins de 5 euros)  et très malin, un rouleau à découper les pâtes (qui existe aussi en version spaghettis). A découvrir sur un site italien ici. 

Bicentenaire de la sardine en boîte

Mon petit poisson fétiche fait sa révolution au sens propre du terme : au 19 ème siècle, la sardine «était une habituée  du grand monde où elle côtoyait fièrement le caviar à la table des Tsars et à bord des prestigieux paquebots transatlantiques. Changement radical de registre au 20èmesiècle : la sardine en boîte devint le plat providentiel des fins de mois difficiles. Pour ses 200 ans, souhaitons lui un destin d’ingrédient pour gastronome, qui se prête à toutes les interprétations.

Pour fêter cet anniversaire, les éditions Stéphane Bachès édite un  carnet de cuisine, ponctué d’anecdotes historiques, qui réunit mes cinquante recettes préférées.

Régal en kiosque

Dans le magazine Régal, je fais provisions de pamplemousses et je vous propose deux recettes : une terrine d’agrumes aux fruits séchés parfaite pour le petit-déjeuner ou en guise de dessert léger. Egalement une salade de céréales et poulet ainsi qu’une étonnante fraicheur d’avocat à déguster dans le fruit !

Régal en kiosque

Dans le magazine Régal tout juste livré en kiosque, je vous raconte comment j’ai utilisé la caisse de potimarron que j’ai négocié à bon prix sur le marché. J’en déguste une partie en garniture  de poisson ou de viande (potimarron non épluché mais simplement coupé en tranches et confit au four). Je prépare aussi un velouté géant que je conserve en bocaux et dans des barquettes au congélateur. Ce velouté me sert de base pour de nombreuses recettes notamment pour une brioche étonnante aux graines de courge.

Mâchon, bouchon et tradition

J’ai toujours été très attachée à la tradition culinaire lyonnaise basée sur la simplicité et les bons produits, une philosophie héritée des fameuses Mères lyonnaises, des cuisinières au caractère bien trempé qui menaient leurs affaires à la baguette. Leurs noms – Fillioux, Brazier, Guy, Castaing, Roucou, Pompom – et leurs prénoms – Léa, la Grande Marcelle, Tante Paulette, Marithé et Tante Alice –  résonnent toujours dans les mémoires, les traboules et les bouchons lyonnais. Ces cuisinières d’exception ont eu le talent de métamorphoser des recettes ménagères en monuments de la cuisine bourgeoise. Par curiosité, je ne résiste pas à l’envie d’interpréter à ma manière les grands classiques de la gastronomie lyonnaise à l’instar de saucisson pistaché en croûte de pain, des petits carrés de tablier de sapeur ou des ravioles de poularde demi-deuil ou des artichauts au foie gras, des apéro verrines façon saladiers lyonnais ou de la brioche serpentin aux pralines A découvrir parmi la quarantaine de recettes publiées dans ce livre, Il n’y a pas que les quenelles à Lyon,  paru aux éditions Tana.