Spaghettis aux fruits secs

Dans la recette originale, il y a des noix mais je n’ai pas résisté à mettre quelques pistaches dans cette recette traditionnelle napolitaine, à base de Pomodorini del Piennolo del Vesuvio, des tomates extraordinaires. 

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Noël napolitain

Il y a quelques semaines, je vous parlais des merveilles que j’avais rapporté de Turin. Pour Noël, j’ai conservé les fameuses petites tomates caractéristiques des flancs fertiles du Vésuve, les Pomodorini del piennolo del Vesuvio qui ont décroché une AOC pour leur qualité incomparable. De forme allongée, pointue, cette petite tomate possède une peau naturellement épaisse qui confère une longue conservation naturelle, de juillet quand elle est cueillie jusqu’à Noël. Les balcons napolitains s’ornent pendant toute cette période de grappe de tomates, pesant plusieurs kilos et permettant de concocter nombre de recettes napolitaines. Et notamment les spaghettis aux fruits secs (rendez-vous demain pour la recette). J’ai découvert cette année une prune étonnante Susine bianche di Monreale , cueillie en septembre, enveloppée dans du papier en chapelet et dégustée à Noël. C’est étonnant, malgré son aspect flétrie, le fruit est moelleux et acidulé comme une prune fraiche.

Rendez-vous dimanche 16 décembre …

Un beau patchwork de mes livres vous seront proposés chez Decitre Ecully Pérollier : Les déchets, dix façons de les accommoder, 6m2 de cuisine Chroniques extraordinaires d’un restaurant ordinaire Du beau, du bon, du breton (éditions de l’Epure), Il n’y a pas que les quenelles à Lyon (éditions Tana) et les carnets illustrés (éditions Stéphane Bachès) le dimanche 16 décembre à la librairie Decitre du centre commercial Le Pérollier de 15 à 17 heures.

Miettes, mie et croûte (fin)

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Miettes, mie et croûte (suite encore)

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Miettes, mie et croûte (suite) !

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Miettes, mie et croûte !

Je l’ai su dès que je l’ai vu dans cette boulangerie de la place Sainte-Irénée à Lyon : ce pain de seigle allait m’inspirer plein de recettes. Avec la mie, des cubes d’escargots et des cordons vraiment bleus ! Et avec la croûte, réduite en chapelure, j’ai concocté un pain d’épices très original. Recettes aujourd’hui, demain et jeudi …