Design comestible

La 27ème Fête du livre de Saint-Étienne accueille la première édition d’un rendez-vous gourmand et artistique « De l’assiette au design » le 12 octobre prochain, sous le parrainage du chef étoilé Régis Marcon. Au programme des rencontres entre des designers – Matali Crasset, Alberto Alessi, Patrick Bouchain, Sylvie Amar, Léa Bourgeault et Jessica Pigeron de l’agence Miit  – et des chefs – Michel Troisgros, Christophe Roure, Sonia Ezgulian, Bruno Montcoudiol –

Venez assister aux conférences  le vendredi 12 octobre 2012, de 10h à 18h.

Rendez-vous à la Comédie de Saint-Étienne 7, avenue Émile Loubet à Saint-Étienne

 

Portraits de chefs

Ancien designer et architecte d’intérieur, Jaqe  Chambon a ouvert son restaurant à Lyon « Les P’tits pères » et au fil des rencontres dans cette famille gastronomique, s’adonne à la peinture de portraits de cuisiniers, qui feront l’objet d’une première exposition en 2011. Il présente jusqu’au 15 octobre  sept toiles chez Aurélien, au restaurant « Le Potiquet « . A découvrir parmi les toiles, les portraits de Jacotte Brazier, Renée Richard et Mathieu Viannay.

« Je privilégie la rencontre avec les cuisiniers que je désire peindre. Je les prend en photos, ma sensibilité, mon ressenti et ce qu’ils me donnent à ce moment-là, transparaissent dans mes peintures » confie Jaqe Chambon.

Une holà pour les cocos de Paimpol (2ème partie) !

Tout est moelleux dans ce plat : les boulettes de poulet, les lanières de poivrons confits et les cocos de Paimpol qui fondent dans la bouche !

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Une holà pour les cocos de Paimpol !

Comme chaque année, je fais provisions de cocos de Paimpol, je les stocke au congélateur pour l’hiver et j’imagine des recettes originales pour mettre en valeur le délicat haricot. L’année dernière, je cuisinais les Cocos de Paimpol  gratinés comme un cassoulet avec des pilons de poulet, en salade tiède avec de la poudre de chorizo, avec des pâtes et de la mozzarella ou en velouté et en beignets croustillants.

Cette année, je les ai marié avec le fabuleux vinaigre celtique d’Olivier Roellinger.

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Mâchon, bouchon et tradition

J’ai toujours été très attachée à la tradition culinaire lyonnaise basée sur la simplicité et les bons produits, une philosophie héritée des fameuses Mères lyonnaises, des cuisinières au caractère bien trempé qui menaient leurs affaires à la baguette. Leurs noms – Fillioux, Brazier, Guy, Castaing, Roucou, Pompom – et leurs prénoms – Léa, la Grande Marcelle, Tante Paulette, Marithé et Tante Alice –  résonnent toujours dans les mémoires, les traboules et les bouchons lyonnais. Ces cuisinières d’exception ont eu le talent de métamorphoser des recettes ménagères en monuments de la cuisine bourgeoise. Par curiosité, je ne résiste pas à l’envie d’interpréter à ma manière les grands classiques de la gastronomie lyonnaise à l’instar de saucisson pistaché en croûte de pain, des petits carrés de tablier de sapeur ou des ravioles de poularde demi-deuil ou des artichauts au foie gras, des apéro verrines façon saladiers lyonnais ou de la brioche serpentin aux pralines A découvrir parmi la quarantaine de recettes publiées dans ce livre, Il n’y a pas que les quenelles à Lyon,  paru aux éditions Tana.

 

Les recettes du pique-nique (suite)

En guise de dessert pour notre pique-nique, j’ai improvisé avec les ingrédients que j’avais sous la main : un peu de nougatine (réalisée la veille pour un reportage pour Régal que vous découvrirez à Noël), des nectarines blanches rapportées du marché et un demi-sachet de préparation à brioche de campagne Francine. Vous pouvez bien sûr si vous avez le temps confectionner votre pâte à brioche 100% maison.

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Les recettes du pique-nique à Montmerle

Ceux qui l’ont goûté à notre pique-nique annuel sur les bords de Saône à Montmerle, m’en ont fait que de beaux compliments : la version bis de mon pâté trognon en terrine familiale a remporté tous les suffrages. Certains ont même mangé les trognons qui servent à parfumer la terrine, comme les noyaux de cerises dans le clafoutis. Mes déchets, dix façons de les accommoder n’en finissent pas de faire des adeptes.

Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

Un livre qui donne envie de cuisiner …

… là tout de suite ! Cela faisait longtemps que je n’avais feuilleté un ouvrage de cuisine avec autant d’enthousiasme. La cuisine della mamma, les secrets de la Cucina Povera par Loukie Werle ( éditions Allegrio) est mon coup de coeur.  J’ai aussitôt mis des onglets sur toutes les recettes que je dois tester dans les plus brefs délais. Pour vous mettre en appétit, quelques morceaux choisis : riz vénitien aux petits pois, lasagne de polenta, travers de porc grillés aux pommes, oeufs au parmesan ou encore un gâteau de cerises aux noix.